Est-ce, vous aussi, vous avez été élevés par des parents qui ont voulu vous apprendre la modestie, afin de ne pas devenir une personne prétentieuse, imbue d’elle-même ?

J’ai longtemps cru que la modestie était une vertu et, je dois avouer, que cet idéal de modestie m’a souvent limitée.

A vouloir être modeste, j’ai toujours fait attention à ne pas exprimer mes talents, au point même de trop douter de moi-même. Je me suis toujours sentie obligée de m’aligner sur la norme du plus petit et du plus pauvre, pour ne pas qu’il se sente dévalorisé.

Alors qu’au fond de moi, il y a cette envie de m’exprimer en grand et dans l’abondance, pourtant cela reste en moi comme un tabou, avec la peur de ce que vont penser les autres.

Je me suis même convaincue d’adopter une petite vie simple sous prétexte d’authenticité.

Voici la définition exacte dans le dictionnaire : Modestie (Larousse) : modération, réserve, retenue dans l’appréciation de soi-même.

Il est incroyable de prendre conscience que la modestie implique une notion de faiblesse.

Je me rends compte combien la notion de modestie m’a fait perdre mes moyens et m’a fait douter de moi-même. J’ai fini par oublier qui j’étais, ce que j’étais capable de faire, mes talents qui sont resté latents. Suis-je passée à côté d’une partie de ma vie, de possibles non exploités ??

Je me suis rendu compte que je n’osais pas être brillante parce que je craignais « sortir du lot ». Je trouve très insidieux la façon dont la société et notre entourage nous induisent de rester dans la norme, de se conformer, de rester modeste et de présenter une vie modeste.

Autour de moi, j’entends constamment des personnes critiquer celles qui ont réussi…même si celles-ci ont activé leur brillance tout en restant humbles.

Ces rares personnes qui osent activer leurs talents se retrouvent trop souvent jugées par la société.

Elles osent ce que les autres n’osent pas et ces dernières regrettent sans se l’avouer, préférant jalouser et critiquer celles qui ont osées ! Plutôt que d’observer ce malaise que cela provoque en elles, elles vont accuser les autres d’être malhonnêtes, privilégiée. Elles vont chercher les défauts, les attaquer dans leur intégrité, dans l’espoir de les faire vaciller et les faire retomber dans la « norme ».

Moi-même, j’ai souvent eu des remarques ou des critiques, lorsque j’étais heureuse de montrer mon talent artistique, souhaitant juste partager ma joie. Combien de fois ai-je entendu : « Ah, tu te la pètes ! », « Oh, mais c’est facile pour toi ! », « Tu fais ça pour nous narguer et nous montrer que nous n’y arrivons pas aussi bien que toi ? », « Ah oui, mais toi, la chef, t’aime bien !»…..

Alors, oui, comment réagir à cela ? Je vous avoue que j’ai souvent voulu être à nouveau dans la « norme », c’était beaucoup plus confortable pour moi, passer inaperçue, être transparente… Les critiques faciles me pompaient mon énergie, parce que je ne voulais pas faire de mal aux personnes de mon entourage, bien au contraire, je souhaitais les aider à développer ce qu’il y avait en elles et qui ne demandait qu’à s’exprimer.

Montrer ses talents, c’est oser se dévoiler. Très souvent, il m’a été possible de le faire ponctuellement, mais maintenir mes actions au quotidien est ce qui m’est le plus difficile.

Je sais que ce qui me freine, c’est le « syndrome de l’imposteur ». Je me dis « qui suis-je pour oser prétendre que je peux faire telle ou telle chose ? » J’ai peur de ce que les autres vont penser. Souvent je pense que si je peux le faire de façon ponctuelle, il me manque soit une formation plus solide, mais surtout un diplôme validant mes compétences pour me sentir légitime.

J’ai envie de me réaliser dans ma mission de vie et de me sentir utiles… pour cela je dois oser être imparfaite et ajuster mes talents à ma mission au fur et à mesure de l’avancement et de la mise en place de mon projet.

Alors oui, il me faut accepter les critiques et les commentaires désagréables. Mais ce qui est important pour moi, c’est que les actions que je mets en place me fassent vibrer, j’ai ce besoin de partager et d’inspirer d’autres personnes à vivre leur talent et exprimer leur créativité afin de faire sortir le meilleur d’elles mêmes.

J’ai appris à mettre mon focus sur les personnes positives plutôt que les personnes jalouses qui vont dénigrer mon travail et mon investissement.

Alors oui, je vous l’avoue, je dois parfois lutter contres mes doutes, mes démons, le saboteur qui est en moi….qui parfois n’est qu’une modestie probablement pas très objective. Mon élan est parfois ralenti et me donne même l’impression de stagner, mais sur la durée, je ne lâche pas mon rêve. Je comprends après que ces détours m’ont été bénéfiques car ils me font rencontrer d’autres personnes, découvrir certaines sous un angle nouveau. Toutes ces épreuves balisent mon chemin et renforcent mon caractère et ma motivation.

 

C’est ce que j’avais envie de partager avec vous chers lecteurs, car si vous souhaitez éviter les échecs, vous allez éviter aussi de réussir. Alors osez !! Osez montrer vos talents, votre créativité, qui vous êtes !

J’aimerais conclure avec ce que Marianne Williamson a écrit : « Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus ».